Théâtre

Co-Ro, au « Festival delle donne » un hommage à l’écrivaine rossane Elvira Uva Pedatella

CORIGLIANO-ROSSANO – Un festival unique en son genre, né en Sicile et à partir de cette année s’est également répandu en Calabre où sont nés ou sont morts des héroïnes littéraires et des écrivains, où ils ont laissé des preuves de leur précieux talent.

L’événement – conçu par Fulvia Toscano et Marinella Fiume, directeurs artistiques de Naxos Legge – avec le patronage de la présidence du Conseil des ministres, est coordonné en Calabre par l’archéologue et directrice du complexe muséal Soriano Calabro Mariangela Preta, professeur d’archéologie classique à l’Unical Stefania Mancuso et la journaliste Carmen Bellissimo.

L’objectif est de retirer les femmes calabraises de l’invisibilité et de diffuser l’histoire de beaucoup d’entre elles qui, qui ont vécu entre le Moyen Âge et le XXe siècle, ont tant fait mais risquent de se retrouver dans un “trou de mémoire” injuste : nous essaierons de récupérer non seulement des noms, mais aussi des visages et des histoires dans les lieux les plus divers de la Calabre marqués par leur présence.

Cette édition sera consacrée aux “Femmes de papier : écrivains de Calabre et personnages littéraires féminins”. Une étape a également touché Corigliano-Rossano pour la première édition du Festival “La Calabre des femmes – Festival du génie féminin en Calabre”, qui a déjà eu du succès dans d’autres villes calabraises et se poursuit sur notre territoire.

L’organisation confiée à l’Association culturelle Aglaia, avec le patronage de la municipalité de Corigliano-Rossano, a donné naissance au premier événement organisé au Palazzo San Bernardino, dédié à la défunte poétesse et écrivaine Elvira Uva Pedatella née à Rossano en 1914. Figure élégante , pédagogue sensible, connue et appréciée pour ses nouvelles et ses poèmes. L’anniversaire n’était pas seulement l’occasion de lui rendre hommage, de se remémorer ses traits, de donner la parole à de nombreux beaux témoignages, lectures et musiques.

L’adjointe au maire Maria Salimbeni est intervenue pour remplacer la conseillère Alessia Alboresi, qui a pleinement adhéré au désir de rendre hommage à l’écrivain et a félicité sa redécouverte. L’événement a été organisé par Anna Lauria, présidente d’Aglaia, ainsi qu’une poétesse qui s’est exprimée sur la poétique de Pedatella. Les textes ont été lus par : Anna Milieni, les élèves du Lycée de Sciences Humaines San Pio X de Corigliano Rossano, Enza Longo, Maria Curatolo, Lina Felicetti.

L’intervention musicale au saxophone du maestro Tommaso Tricarico du « G. Verdi » Corigliano Rossano. De plus, la contribution de Rossella D’Aula, l’artiste qui a peint un hommage à la poétesse sur toile, est significative. Conversation téléphonique passionnante avec la nièce de l’écrivain décédé, Marta Peretto de Padoue, empêchée d’atteindre le centre de Jonico pour des raisons personnelles.

La présidente Lauria a lu les poèmes de Pedatella, soulignant son expérience d’enseignante qui a permis à la poétesse d’exprimer des sentiments et des émotions de tous les jours à travers une écriture claire et sincère visant à préserver la mémoire des lieux et des êtres chers. Le festival se poursuit avec d’autres arrêts en Calabre en redonnant à de nombreuses femmes d’oublier la lumière méritée.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment