Art

Art Week : la célébration généralisée de l’art contemporain est en marche

C’est la semaine de l’art et la ville regorge d’idées et de beauté. Autour de l’édition 2022 de Miart (à Fieramilanocity du 1er au 3 avril, cette année avec la contribution de 150 galeries de 21 pays), les pôles culturels milanais s’affichent sous leur meilleur jour.

De grandes attentes pour l’exposition personnelle de Steve McQueen au Pirelli HangarBicocca, organisée en collaboration avec la Tate Modern : elle s’intitule “Sunshine State”, est organisée par Vicente Todolí et rend hommage à l’artiste visuel et cinéaste qui a remporté le prix Turner et aussi l’Oscar pour “12 Years a Slave”: parmi ses films “Shame”, “Hunger”, “Widows”. Outre ses cinq autres œuvres cinématographiques importantes, l’inédit “Sunshine State”, commandé par le Festival du film de Rotterdam, met en scène les débuts du cinéma hollywoodien et la manière dont il a influencé la perception de l’identité (jusqu’au 31 juillet).


Steve McQueen, “L’état du soleil”

Fondazione Prada présente une exposition qui serpente le long de quatre espaces d’exposition plus la cour du largo Isarco, et qui est liée à la toute première exposition de 2015, “Serial Classic”, qui a été organisée par Salvatore Settis. “Corps inutiles ?”, du duo d’artistes Elmgreen & Dragset, interroge le corps à l’ère post-industrielle et sa perte progressive de sens, mêlant sculptures historiques et contemporaines, puis tourne son regard vers les lieux et postures de travail, vers une espace perturbant domestique-bunker, aux nouveaux idéaux physiques et de beauté. Jusqu’au 22 août.

Maurizio Cattelan, presque une divinité tutélaire artistique de la ville, a exposé pour la Semaine de l’Art au Cimetière Monumental, dans le Temple du Crématorium, une de ses œuvres de 1994 étroitement liée à un deuil civique à Milan. « Lullaby » est une installation réalisée avec les décombres du Pac, détruite par un attentat mafieux le 27 juillet 1993. L’œuvre a été donnée à la ville et, après six mois à la Monumentale, elle trouvera son emplacement définitif au Museo del Novecento.


“Berceuse” de Maurizio Cattelan

Et justement au Pac, qui a été reconstruit en un temps record et qui reste l’un des cœurs contemporains de Milan, la Semaine de l’Art se décline avec l’exposition “Quand la peur ronge l’âme”, la première exposition personnelle du Polonais Artur Zmijewski qui comprend également trois œuvres expressément conçues pour Milan (jusqu’au 12 juin). A quelques mètres de là, le GAM propose « As Above, So Below », un remaniement photographique d’Elisa Sighicelli sur les dépôts de sculptures du musée.

A partir du 1er avril, dans le Jardin Giancarlo De Carlo de la Triennale, un hommage à Aldo Rossi et sa chaise « Grande Milano » ; du 1er au 17 avril, « Meuble Plus » de Yona Friedman, un projet dédié aux réfugiés. De plus, place à l’art public, avec l’inauguration à CityLife de trois œuvres de Mario Airò, Alfredo Jaar et Kiki Smith. Et puis des conférences, des performances, des aperçus, des idées et des réflexions. Le programme, au jour le jour, sur www.milanoartweek et yesmilano.it.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment