Cinema

Nina Pons, fille d’Ilaria Fendi, au cinéma avec E Buonanotte

“Agité?” “Non, au contraire. Je suis heureux de vous parler du film.” Il répond sans hésiter Nina Ponsqui dans la fougue de ses 23 ans veut raconter et raconter. Née à Rome en 1998, elle brûle des questions au fil du temps, également un effet de nouveau film Et bonne nuit par Massimo Cappelli, qui la voit pour la première fois comme protagoniste et où le thème central est précisément le temps. Ce qui est perdu, ce qui est sauvé et ce qui est donné aux autres. L’histoire, tirée du livre Et bonne nuit. Histoire du garçon sans sommeil de Daniele Doesn’t Matter et en salles les 28-29-30 mars, il raconte l’histoire d’un garçon, Luca (joué par Nicolò Ferrero), qui ne veut pas dormir car il pense que dormir est une perte de temps . Il est persuadé que s’il pouvait rester éveillé tout le temps il pourrait faire beaucoup plus de choses dans la journée, son regard va changer lorsqu’il rencontrera Roberta (jouée par Nina Pons), libraire et bénévole dans un refuge pour personnes en difficulté. “C’est une comédie romantique, une histoire très tendre et pure pour moi – dit Nina -, parce qu’elle parle d’un amour né entre les bancs de l’école entre Luca et Roberta, les parfaits opposés : il est un peu superficiel, il vit sur les fêtes et les jeux vidéo. Au lieu de cela, Roberta est ouverte sur le monde et curieuse, elle utilise son temps pour le donner aux autres, à la fois dans le centre d’accueil et en tant que libraire. Et c’est elle qui fera découvrir à Luca l’importance de “ressentir avec l’estomac’ “.

nina pons et bonsoir film

Nina Pons est née à Rome en 1998.

Photo Mirko Morelli Stylisme Autre agence Total look Fendi Maquillage Marta Ricci @Simone Belli Agence Coiffure Vincenzo Panico Lieu Villa Laetitia Rome

A-t-il été difficile de se mettre à la place de Roberta ?

Au début, je pensais qu’elle était un peu distante de moi : dans le film, elle s’appelle Robertina parce qu’elle est toujours parfaite et “carrée”, et je ne suis pas du tout comme ça (promenade). Mais ensuite, en allant lire le scénario, je me suis rendu compte que derrière ce cadrage il y a beaucoup de choses : c’est ironique, drôle, un peu Croix-Rouge. Au début elle a toujours les cheveux attachés, les épaules légèrement bombées, ses lunettes puis petit à petit pendant le film, grâce aussi à Luca, elle commence à s’ouvrir, à lâcher prise. En étudiant le personnage, j’ai découvert que j’avais beaucoup en commun avec elle.

Par exemple?

Comme elle, j’aime les livres, j’aime écrire – maintenant j’écris des contes de fées pour les enfants – et puis je me considère moi aussi comme une personne très attentive à voir les autres et à essayer de percevoir ce qu’ils ressentent.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce film, votre premier en tant que protagoniste, attendu en salles les 28, 29 et 30 mars puis diffusé sur Sky ?

J’aime qu’ils apprennent tous les deux quelque chose de cette histoire d’amour : cela montre comment, quand on est en relation avec une autre personne et qu’on est prêt à s’ouvrir, on peut changer. C’est un film pour les enfants, mais aussi pour les parents. Luca est distrait, comme notre société : on a l’habitude de vivre avec le téléphone en main, d’être toujours en ligne, on vit sur les réseaux sociaux et cela nous sort de nos vrais objectifs. Cela ne nous fait pas vraiment comprendre ce que nous voulons, nos passions. Peut-être que les parents devraient aussi aider leurs enfants à être plus en contact avec leurs relations.

Comment était-ce de travailler avec Massimo Cappelli, le réalisateur ?

J’ai fait une auto-cassette, puis cinq auditions en direct. Je rentrais à la maison et mon agent m’appelait pour me dire : “Nina tu dois revenir demain parce que le réalisateur veut te revoir”. Jour après jour, j’ai commencé à m’attacher à cet environnement et aux gens. Je suis très reconnaissant à Massimo Cappelli : bien qu’au départ il voulait des mecs de notre âge, déjà connus ou avec beaucoup de followers sur Ig – ce que je déteste -, il a eu le courage de prendre deux jeunes mecs pas pour les suivre sur le web, mais parce qu’il y croyait vraiment. C’était formidable de travailler avec lui : il a créé nos personnages avec un amour et un soin qui sont vraiment rares à trouver.

nina pons et bonsoir film

Et bonne nuit est le premier film dans lequel Nina Pons joue le rôle principal.

Photo Mirko Morelli Stylisme Autre agence Total look Fendi Maquillage Marta Ricci @Simone Belli Agence Coiffure Vincenzo Panico Lieu Villa Laetitia Rome

D’où vient votre passion pour le théâtre ?

C’est une passion qui est née doucement. J’ai toujours été très timide et donc j’ai pensé qu’il serait difficile pour moi de faire ce travail et au lieu de cela, j’ai réalisé que cela n’avait rien à voir avec cela.. En effet, c’est un métier qui m’a souvent aidée. J’ai étudié dans une école américaine où il y avait une fois par semaine leçon de théâtre et j’ai adoré. Puis je me suis inscrit dans une école de théâtre et j’ai découvert petit à petit que je ne pouvais plus m’en passer. Ce que j’aime dans ce travail, c’est qu’il s’agit d’une recherche continue en soi pour donner quelque chose de plus au personnage. Pour moi c’est juste magique.

Vous pouvez le sentir à la façon dont vous en parlez. Mais avouons-le, vous êtes la fille d’Ilaria Fendi, un nom dans le monde de la mode. Avez-vous déjà pensé à le rejoindre ?

Dire la vérité ma mère n’a jamais voulu voir ce qu’elle faisait chez mon frère et moi. Il nous a toujours élevés en nous disant : “Faites ce que vous aimez, quoi que ce soit, mais faites-le bien”. Bien que je sois la seule actrice de ma famille, d’une certaine manière, il était normal que je fasse également un travail de création. Je suis né dans un monde créatif, ma créativité s’est simplement traduite d’une manière différente. Et je suis heureux de pouvoir le canaliser dans un métier qui me fait du bien.

Quelle est la difficulté du métier d’acteur pour les enfants d’aujourd’hui ? Avez-vous rencontré des difficultés ?

J’ai certes rencontré des difficultés et j’en rencontre encore, mais comme dans tout autre métier. J’ai toujours pensé que si une audition ne passait pas, c’était de ma faute, parce que peut-être que je n’avais pas raison. Je ne suis pas une personne qui se plaint. De nombreux facteurs entrent en jeu : non seulement la compétence, mais aussi l’esthétique. Mon approche est de toujours étudier, apprendre à me connaître, avoir de plus en plus confiance en moi et grandir. Pour faire ce travail, on ne s’improvise pas, il ne s’agit pas seulement de mémoriser une scène et de la réaliser. Il y a tellement plus, qui est donné et reçu en retour à un niveau humain.

nina pons et bonsoir film

Nina Pons.

Photo Mirko Morelli Stylisme Autre agence Total look Fendi Maquillage Marta Ricci @Simone Belli Agence Coiffure Vincenzo Panico Lieu Villa Laetitia Rome

Tu as commencé par le théâtre en jouant Lucia ne La fiancée d’Andrée Ruth Shammah au Théâtre Franco Parenti de Milan, puis a participé à plusieurs fictions Bébésur le scandale du baby call, jusqu’à débarquer en 2019 au cinéma avec banglaoù vous incarnez une fille de Roma bene qui tombe amoureuse d’un jeune musulman d’origine bengali. Tous les rôles importants, qui traitent de questions importantes. Si vous aviez le choix, où préféreriez-vous retourner jouer : au théâtre, à la télévision ou au cinéma ?

Ce sont trois moyens différents et chacun avec ses propres particularités. Je répondrais peut-être au théâtre : chaque soir, selon le public dans la salle, le spectacle change. Et puis l’excitation et l’adrénaline avant d’entrer en scène n’ont pas de prix.

Quels sont vos projets futurs?

Maintenant, je suis de retour pour étudier et préparer les auditions de mon professeur, Gisella Burinato, qui m’a beaucoup aidé pour le personnage de Roberta et à qui j’aime l’âme. Et puis je retournerai à mes contes de fées.

Après Et bonne nuitoù te verra-t-on ?

Je viens de terminer le tournage d’une série, Circéoù je joue une fille qui fait partie du mouvement féministe des années 70. Un personnage fort avec tant d’envie de révolte.

Vous considérez-vous comme une féministe ?

Je suis une personne qui se bat beaucoup, même pour les autres. Je déteste les injustices et s’il y a une chose qui ne me convient pas et en laquelle je crois, je n’ai aucun problème à le dire. Je sais me faire sentir. Cela fait toujours partie de cette capacité à voir l’autre que Roberta a aussi dans le film. C’est peut-être pour cela que, parmi les personnages que j’ai joués jusqu’à présent, elle est l’une de mes préférées.

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur du contenu similaire sur piano.io

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment