Cinema

À Montechiaro au nom de Giovanni Pastrone, le cinéma rencontre la truffe

Le projet que le conseil municipal de Montechiaro vient d’approuver afin d’accéder aux fonds mis à disposition par le PNRR. Un hommage à Giovanni Pastronepionnier du septième art né dans la ville de Monferrato, en 1882 : « Peu de gens savent que Pastrone est né ici même à Montechiaro – déclare le maire Paolo Luzi – nous avons donc décidé de combler cette lacune avec quelque chose digne de sa renommée internationale ».

Une renommée autrefois conquise grâce au célèbre et inoubliable “Cabiria”, le plus grand blockbuster de l’histoire du cinéma mondial, un chef-d’œuvre du cinéma muet, dont le nom a été une source d’inspiration pour le titre du projet lui-même. Sorti en 1914, le long métrage a marqué une époque notamment par les nombreuses innovations liées à l’utilisation de la caméra. Pour le scénario et les sous-titres, Gabriele D’Annunzio a été engagé. Situé à l’époque des guerres puniques, entre batailles rangées, destructions spectaculaires, incendies grandioses et sacrifices humains, le film a coûté un million et 250 mille lires, une somme exorbitante qui a cependant été remboursée avec un premier visionnage qui est resté un an à New York. et six mois à Paris. L’étoile de Pastrone a duré de 1911 à 1919, années au cours desquelles il a également réalisé l’ambitieux film “La Chute de Troie”, avec lequel il a fait ses débuts, et dix autres œuvres, après quoi il s’est définitivement retiré pour se consacrer à des études et des expériences. médecins. Et il ne s’occupait plus du cinéma.

Le projet
“Une partie des travaux structurels et une autre partie des actifs incorporels – explique Luzi – constituent le projet avec lequel nous avons rejoint l’appel à la régénération culturelle et sociale des petits villages historiques”. La première étape sera démolir l’actuel cinéma municipalbâtiment des années 1950, pour en construire un nouveau qui deviendra bureau polyvalent pour des séances de cinéma et de théâtre et des réunions. A la place du toit, un terrasse avec jardin botanique et un grand espace dédié aux projections et événements extérieurs.

Le véritable fer de lance, cependant, sera un festival dédié aux jeunes réalisateurs. A cela s’ajoute un vieil appareil photo que l’Administration entend restaurer et exposer au public.

Quant aux activités collatérales et non strictement liées au cinéma, les initiatives liées à la truffe seront mises en œuvre, avec la mise en place de cours d’analyse sensorielle; et à l’art roman, à travers des sentiers nature dédiés. De plus, à l’occasion des principaux événements de la ville – Foire nationale de la truffe blanche et Fête du veau de race piémontaise – seront organisés trains historiques profitant de l’opportunité offerte par la réactivation de la ligne ferroviaire Asti-Chivasso. «En collaboration avec la Pro loco – conclut Luzi – nous avons également l’intention d’établir cours de tambourin pour enfants. Avec la ferme San Nazario, ils seront plutôt créés itinéraires pour vélos électriques et balades à dos d’âne, tandis que, avec le Comité Palio, des cours dédiés à l’art du drapeau et des instruments médiévaux, tels que les tambours et les trompettes, commenceront afin de créer une fanfare municipale de musiciens et de porte-drapeaux ». Une numérisation intense de certains services municipaux boucle la boucle, avec la création de QR codes pour les visites touristiques virtuelles et la possibilité de réserver des visites guidées.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment