Art

L’art de dire non à la violence faite aux femmes

Être une femme ne signifie pas devenir des monades autosuffisantes. Être une femme, c’est savoir vivre et ressentir le lien avec la vie. Vous devez écouter et découvrir vos rêves et ne pas leur dire non. À ce jour, il semble évident que les femmes ont une dignité et des droits humains égaux. Mais pour atteindre cette normalité, les femmes ont dû subir, au cours des siècles, des mauvais traitements et des discriminations continus. Encore trop de violence, encore trop d’addictions émotionnelles. Ils nous ont appris que l’homme, pour être, doit toujours être fort et la femme toujours condescendante. Le résultat est un homme qui utilise la violence pour éviter d’être perçu comme fragile et une femme en colère et silencieuse qui, dans sa solitude, ne se sent pas digne d’être aimée et d’être vue et entendue. L’entêtement, la persévérance des femmes n’ont jamais été remis en cause. Pionnier, créatif, anticonformiste, une mosaïque de vies extraordinaires, d’histoires et de visages différents : ce sont les femmes qui tournent le monde aujourd’hui. Nous savons bien comment les femmes peuvent être au centre de leur famille, sans jamais faillir à leur engagement au travail ; des mères et des épouses qui ne cessent d’être cette charnière à l’intérieur et à l’extérieur du foyer, entre le public et le privé.

Organisé par le directeur de l’INPS de Ragusa Vincenzo Floccarila présentation de la législation concernant Freedom Income a eu lieu dans les locaux de l’institut. L’objectif de la rencontre était également de diffuser la mission d’accompagnement en faveur des femmes victimes, suivie par les Services Sociaux et les Centres Anti-violence.

Son Excellence le Préfet de Raguse Ranieri a ouvert les travaux qui a dit que l’INPS est une référence pour tous, a ensuite introduit le Président Tridico, qui sur la question du revenu de liberté a précisé que l’INPS a géré des ressources substantielles allouées par l’Etat. C’est un premier pas vers l’émancipation des femmes faire en sorte qu’elle puisse s’affranchir de la condition de subordination et de soumission envers l’homme et obtenir la pleine autonomie de logement et économique ; le président a ensuite félicité le directeur Petrotta et le directeur Floccari pour l’initiative et pour le travail qu’ils accomplissent, puis a salué son ami de longue date Amedeo Fusco. Le maire de Ragusa Cassì, le directeur du bureau scolaire régional de Ragusa Assenza, le commissaire du Free Consorzio Comunale Piazza, le conseiller pour l’égalité, Saracen Labor Consultants et certains représentants d’associations locales ont également participé. Des représentants de la police étaient présents.

Immédiatement après la présentation, il a été inauguration de l’exposition intitulée “Surutilisation déraisonnable, contre toutes les formes de violence” Organisé par Amedeo Fusco qui a souligné comment « l’exposition n’a pas seulement une signification artistique ; la culture est importante et va au-delà de l’événement dédié aux femmes victimes de violences. Les artistes du Centre d’Agrégation Culturelle que j’ai impliqués se sont joints avec inquiétude et enthousiasme, soulignant dans leurs œuvres “les abus déraisonnables” que subissent les femmes et souvent ne les dénoncent pas, l’art et la culture peuvent et doivent être le moteur de la renaissance et de la reconstruction de la pensée sociale”. Lors de l’inauguration, de nombreux artistes ont exprimé des émotions, des sensations et des réflexions sur le thème proposé avec leurs œuvres.. Beaucoup de visiteurs, même tous ceux qui se sont présentés aux guichets en tant qu’usagers. L’exposition restera ouverte jusqu’au 30 mars et pourra être visitée pendant les heures de bureau, siège de l’INPS Ragusa, via Leonardo Da Vinci 25. Le finissage a eu lieu le 29 mars à 17h00 en présence de divers artistes, le commissaire Amedeo Fusco, qui a reçu pour l’occasion une plaque du directeur de l’INPS de Ragusa pour avoir créé l’exposition.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment