Livres

Papa est parti, il donne ses livres

Marco Battistini a catalogué les textes de son père médecin : “Ils sont à la disposition des étudiants, alors je les donnerai à la bibliothèque”

PULPE. Il y a quelque chose de puissant dans les choses qui appartenaient à ceux que vous aimiez. C’est l’histoire d’une intimité brisée, d’une vie de famille partagée. Il y a des photos prises dans des moments heureux, des notes prises et oubliées.

Quand le Dr. Mario BattistiniMédecin de famille bien-aimé de la ville, son fils Marco part en décembre 2020, réalisateur dans la majorité, incapable de regarder, déplacer, ranger les livres de papa. Ce patrimoine de connaissances médicales qu’il a vu tant de fois entre les mains de son père alors qu’il étudiait, analysait des cas cliniques, était mis à jour. Maintenant que la distance du temps permet de gérer la douleur, Marco libère sa bibliothèque personnelle et, face à ces centaines de livres, si nombreux qu’ils occupent une pièce, il sent que les choses font sens dans leur utilité, dans la possibilité de continuer à vivre. Et il décide de faire don de ces livres. Aux étudiants en médecine, à ceux qui veulent découvrir la médecine. À la bibliothèque.

Certes son père, estimé pour sa capacité à se donner aux autres, tant appréciée que l’ordre lui ait dédié l’amphithéâtre, serait heureux de voir ses livres reprendre vie : « J’ai découvert à quel point la bibliothèque de mon père était grande quand j’ai décidé d’organiser les livres. Dans certaines étagères, il en avait placé beaucoup. Je crois qu’il y a plus de 500 textes médicaux au total, des années 1970 à 2017. Certains sur des sujets plus généraux, d’autres sur des sujets spécifiques ». Marco conserve quelques livres, un très faible pourcentage, car les objets ont un pouvoir évocateur et les textes lui rappellent son père, la grande majorité des volumes cherche cependant un nouveau foyer, une nouvelle utilité : « J’ai divisé les textes par sujet, j’ai contacté de manière informelle des amis et des connaissances intéressés par les livres. Je me demandais quoi faire de ces textes, je me demandais à quoi ça servait de les déplacer d’une bibliothèque dans une pièce de la maison à une autre dans une autre pièce, sans aucune utilité. J’ai donc essayé de faire savoir aux gens que les volumes sont disponibles. Aujourd’hui – c’était déjà le cas dans les dernières années du travail de mon père – tout est numérique, mais certains textes pourraient être utiles, beaucoup traitent de cas cliniques ou d’études médicales qui gardent leur pertinence. J’attendrai encore une semaine, puis les livres restants seront donnés à la bibliothèque civique de Massa, j’ai déjà pris contact avec le directeur Susanna Del Porto qui s’est rendu disponible ».

La bibliothèque assurera à son tour – explique Marco – un catalogage, évitant ainsi de mettre des textes en double ou périmés à la disposition du lecteur. Marco imagine les livres de son père dans la bibliothèque, reprenant vie, donnant un sens à la passion que beaucoup ont pour les études de médecine : « J’aimerais qu’un espace dédié à la Médecine naisse dans la bibliothèque municipale. Je suis heureux de penser que les textes de mon père peuvent acquérir une nouvelle utilité, un nouveau sens ».
Redonner du sens aux choses, respecter ceux qui ont donné vie à ces choses pour la première fois. Pour se souvenir de ceux qui, comme le Dr Mario Battistini, ont marqué les choses et les gens.

© REPRODUCTION RÉSERVÉE

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment