Théâtre

Grande finale au GEOgrafie Festival avec Francesca Michielin

Avec un finissage exceptionnel – la rencontre qui verra l’auteur-compositeur-interprète Francesca Michielin en tant que protagoniste de la présentation du premier roman “Le cœur est un organe” – la quatrième édition du programme Monfalcone GEOgrafie se termine demain, dimanche 3 Avril Festival, promu par la Municipalité de Monfalcone en collaboration avec la Fondation Pordenonelegge et avec le soutien de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne, pour la direction artistique de Gian Mario Villalta, Silvana Corbatto et Roberto Covaz avec le Comité Scientifique de la Municipalité de Monfalcone, partenaire média du journal Le petit. Le rendez-vous du cartel du festival est prévu demain à 18h30, au GEOvillage de la Piazza della Repubblica : Francesca Michielin parlera à Valentina Gasparet, conservatrice de pordenonelegge, de son roman entièrement féminin, bouleversant et sincère. C’est l’histoire de Verde, une toute jeune auteur-compositeur-interprète au sommet de son succès, c’est l’histoire de Regina, l’ancienne gloire de la musique pop qui s’est retirée de la scène pendant des décennies, et c’est aussi l’histoire d’Anna , qui les a réunis. Des générations lointaines, les leurs, mais unies par la même passion viscérale pour la musique et par la même douleur profonde. Par leur rencontre ils initient une véritable révolution qui les rendra plus forts et plus ouverts au changement et à l’acceptation de soi, y compris des erreurs. Francesca Michielin est l’une des artistes les plus complètes et les plus intéressantes de la scène musicale actuelle. Cinq albums, des collaborations avec les noms les plus importants de la scène musicale italienne, il a foulé les scènes les plus prestigieuses et composé des bandes sonores. « Écrire pour moi est une exigence – explique l’artiste – je le fais depuis que je suis enfant parce que ça m’aide à m’évader, ça me fait mettre de l’ordre dans mes pensées, c’est presque thérapeutique. J’ai compris en grandissant que l’écriture pouvait se faire sous différentes formes : j’ai commencé par les premiers poèmes et chansons, puis un nouveau désir s’est créé en moi. La forme du roman est intense et compliquée, un baptême du feu pour ceux qui aiment écrire ».

Dans les géographies des villes du futur nous passerons demain avec l’économiste Stefano Bartolini, auteur de « Ecologie du bonheur. Parce que vivre mieux aide la planète “(Aboca): à 15h30 sur la Piazza della Repubblica – Spazio Nord, Bartolini s’entretiendra avec l’écrivain et conservateur de pordenonelegge Alberto Garlini sur les nouvelles organisations qui peuvent réduire la solitude, vous permettre de construire de bonnes relations et heureux vie, favoriser le bien-être et les relations dans les entreprises.

Demain également, le festival propose un véritable kaléidoscope de “géographies”: à 10h30 sur la Piazza della Repubblica Francesco Boer, en dialogue avec Roberto Covaz, rappelle “Les bandits de Carnia”. Des gens sauvages, fuyant la civilisation, qui se sont réunis pour vivre à leur manière. Une réflexion sur le rapport entre l’homme et la nature, entre la société et l’anarchie. A 12h15 sur la Piazza della Repubblica, pleins feux sur le concert Green Waves : cinq musiciens partent des sons anciens du folklore irlandais pour un voyage interculturel. Les percussions « irlandaises » interagissent avec celles du Moyen-Orient, la guitare flamenco accompagne le violon, l’accordéon dialogue avec la gaita galicienne, la clarinette et le tin sifflet. Sur scène Michele Budai percussions, accordéon et claviers Massimiliano D’Osualdo, Lorenzo Marcolina tin Whistle, gaita, clarinette, violon Fulvia Pellegrini, guitare Michele Pucci. Et encore: à 16h00 sur la Piazza della Repubblica l’histoire aventureuse et venteuse de “Ursus & Audax, la grande évasion”: Massimiliano Penazzi s’entretiendra avec Giulio Princic du mythique ponton – grue Ursus, protagoniste d’un siècle d’histoire navale julienne, et de l’événement du 2 mars 2011, quand à cause de la bora sombre, la grue a rompu ses amarres et a décollé comme un monstrueux voilier sans pilote. Apprivoisé ensuite par les hommes de la Tripmare, héritière de l’historique Tripcovich. À 16h30, à la Bibliothèque municipale, un hommage affectueux à Franco Battiato : Francesco Messina et Stefano Senardi, en dialogue avec le critique musical Giò Alajmo, racontent « L’aube dans le crépuscule ». Le grand auteur-compositeur-interprète sicilien a raconté à travers les mots et les photographies ceux qui ont travaillé et vécu à ses côtés, de la salle d’enregistrement aux concerts, en passant par ses lectures. A 17h30 sur la Piazza della Repubblica, le géographe Carlo Rubini, en dialogue avec Angela Del Prete et en collaboration avec Trietebookfest, réfléchit sur “Microcosmes et paysages”: un excursus sur le paysage environnemental, culturel et social du Nord-Est, une narration de situations de la côte aux collines, aux contreforts, pour restituer l’expérience personnelle et la mémoire dans l’itinérance à pied. À 17h00, sur la Piazza della Repubblica – Spazio Nord, coup de projecteur sur les Géographies de l’histoire : celles qui, à travers le dialogue entre l’archéologue Cristiano Tiussi, directeur de la Fondation Aquileia et le journaliste et écrivain Pietro Spirito, nous projetteront dans l’Aquileia de l’époque romaine. Pour découvrir l’ancien port fluvial de la Via Sacra et un monde en ébullition, avec la visite d’empereurs, de légions, d’hommes et de femmes qui vivaient sur ces terres il y a deux mille ans. Et à 17h30 au Théâtre Municipal, l’événement organisé par Stropula Cantieri Teatrali : « À propos de Marianna. L’artiste monfalconais auquel Canova accordait une affection particulière », d’après un texte de Roberto Covaz, mis en scène par Luca Rodella. À l’occasion du 200e anniversaire de la mort d’Antonio Canova, resurgit la figure de Marianna Pascoli, son élève et amie proche, née à Monfalcone en 1790. Une charmante femme de caractère, qui a su émerger dans une société encore dominé par les stéréotypes masculins.

Et demain la dernière Promenade du festival est prévue, pour découvrir des vues inédites de Monfalcone. Les étudiants de l’ISIS Pertini de Monfalcone, formés par Roberto Covaz et Andrea Ferletic, seront les guides de l’itinéraire de départ à 11h00.

Les rendez-vous sont gratuits, il est recommandé de réserver au moins un jour à l’avance, par e-mail à biblioteca@comune.monfalcone.go.it ou par tél. 338.3772420 (également Whatsapp). Pour entrer, vous avez besoin du Green Pass renforcé et portez des appareils FFP2 pendant le temps passé dans la salle. Détails et mises à jour sur la page FB GEOgrafie Monfalcone et sur le site geografiemonfalcone.it

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment