Cinema

à Varèse une rétrospective sur le cinéma qui a scandalisé les années 1960

Varèse

Il part de “Mondo cane” et évolue dans les films documentaires des frères Castiglioni le genre qui racontait un monde inconnu de la plupart, scandalisant beaucoup, rendant les critiques méfiants, remplissant le public de curiosité. A partir du 7 avril

Une rétrospective qui, à partir des œuvres cinématographiques des frères Castiglioni, a présenté quelques documentaires appartenant à Films du monde: c’est ce qu’a imaginé Freezone, en collaboration avec le musée Castiglioni et l’association « Le vie dei venti ».

Genre né et répandu dans les années soixante du siècle dernier, le soi-disant “Films du monde« Représentait une nouveauté, une sorte de fenêtre sur ce qu’il y avait de plus étrange, de plus insolite, mais aussi d’extrême dans le monde connu. Denses d’images explicites, de mise à mort sanglante d’animaux et de nus, elles étaient souvent interdites aux mineurs de moins de 18 ans : elles faisaient donc aussi grand scandale.

La critique de l’époque n’était pas tendre envers ce genre cinématographique et soulignait les ambiguïtés et les possibles ruses de ce type de cinéma. Pour le public en revanche, désireux de s’émerveiller, c’était une belle occasion de faire connaissance coutumes, lieux et folies dont personne ne parlaitsouvent même pas les magazines.

C’était un véritable genre codifié qui comprenait non seulement les films qui montraient des situations recueillies dans différents endroits du monde, mais aussi ceux, et ils ne sont pas rares, d’un sujet exotique-anthropologique ou plus trivialement efficace. L’idée de base était principalement celle de créer le scandale en montrant l’impensable et le jamais vuqui avait ses porte-drapeaux dans le duo de cinéastes Prospéri-Jacopettidont le film culte était “Monde canin“.

Le thème deL’Afrique sauvage avec ses costumes tribaux et ses paysages, mais aussi avec les résidus néfastes du colonialisme, sont devenus un véritable slogan entre les années soixante et soixante-dix.

La file d’attente des spectateurs pour “Africa Ama” des frères Castiglioni au cinéma Durini de Milan

Et les frères entrent dans cette tendance Angelo et Alfredo Castiglioni qui avec leurs cinq longs métrages (dont certains sont présents dans la revue), ont, à leur manière, poursuivi la tradition de cinéma vérité anthropologique et ethnographique qui avait pris naissance en France avec les travaux de Jean Rouch.

Ces derniers temps, de la culture globale, un cinéma que nous pouvons définir comme global est né, une sorte de monde cinématographique actualisé, plus conscient et international, dont Michael Glawogger est peut-être le réalisateur le plus important.

Cependant, ce qui sera représenté dans la salle Montanari sera le Mondo Film de l’aube : la revue, qui débutera à partir du 7 avril 2022 à Chambre Montanari une Varèsevise à offrir un avant-goût d’un genre cinématographique qui plus que d’autres a su diviser les critiques et le public, même si aujourd’hui, après plus d’un demi-siècle, de nouvelles lectures critiques apparaissent sur le devant de la scène.

L’entrée aux projections est gratuite sous réserve de disponibilité à partir de 20h30. Début de soirée à 21h.

LE PROGRAMME

7 avril 2022
AFRICA AMA (Italie-1971) d’Alfredo et Angelo Castiglioni

Choquée par le progrès, l’Afrique primitive est en train de disparaître. Le documentaire – dont la matière a été recueillie sur le chemin des premiers explorateurs – est dédié à cette Afrique mourante, violente et cruelle, mais pour cela même en mal de compréhension. Les zones visitées sont celles qui n’étaient pas encore ou peu touchées dans les années 1960 par les Blancs : Haute-Volta, Dahomey, certaines régions du Togo, Cameroun, Tchad. Les instants captés par l’objectif renvoient à la naissance, à la mort, aux rites d’initiation sexuelle, à la célébration des mariages. L’angle est celui de la relation entre l’homme et la nature, une relation directe, respectueuse, presque sacrée.

5 mai 2022
AFRICA ADDIO (Italie-1966) de Franco Prosperi et Gualtiero Jacopetti

Partant du postulat que la libération de la domination coloniale a créé une période critique de transition pour les jeunes nations d’Afrique, le documentaire recense les épisodes démonstratifs de cette crise, détaillés en termes de temps et de lieu ; des procès britanniques aux terroristes Mau-Mau ; de la réhabilitation des mêmes à l’exaltation des dirigeants nationaux ; de l’extermination des animaux dans les parcs au massacre des colons blancs ; des représailles sanglantes des Simba à celles des mercenaires à la solde des gouvernements réguliers instables du Congo. Le long reportage se termine au Cap, avec des considérations sur la situation sociale et raciale centrées sur les mines d’or.

15 septembre 2022
MONDO CANE (Italie-1962) de Gualtiero Jacopetti, Franco Prosperi, Paolo Cavara

Documentaire parent du genre “film mondial”, il s’intéresse aux us et coutumes insolites ou choquants de divers peuples du monde, notamment de curieux rites tribaux, des scènes d’alcooliques, divers meurtres et mauvais traitements d’animaux, la pollution des mers, des funérailles bizarres, des fans déchaînés qui déshabillent Rossano Brazzi. Le film montre ensuite les processions sanglantes typiques du Vendredi Saint, qui ont encore lieu dans certains centres du sud, dans lesquelles les participants s’auto-signalent le corps par dévotion, au point de saigner abondamment, et une cérémonie en Asie du Sud-Est, dans lequel des taureaux sont décapités.

29 septembre 2022
ADIEU, DERNIER HOMME (Italie-1979) d’Alfredo et Angelo Castiglioni

Un long métrage ethnographique consacré aux cultures ancestrales telles que celles des Kapsiky en Afrique centrale, des Nouba du Soudan et des Shilluk. Les scènes présentées documentent la lutte pour la survie, l’horoscope du crabe, les guerres tribales, la bataille des guerriers, les rituels pour fertiliser la terre et bien plus encore. Des aspects culturels et sociaux apparemment primitifs et sauvages à nos yeux d’occidentaux, en réalité le résultat d’une sagesse millénaire qui a permis à ces communautés humaines de survivre dans un contexte environnemental difficile et hostile. Usages, rites et coutumes comparés à la technologie et à la science du monde occidental.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment