Art

“Caves d’art”, architecture divine pour le vin

On dit souvent que le vin a sa propre structure. Mais ce n’est pas seulement une question de propriétés organoleptiques. Car après tout, le vin a aussi sa propre architecture, dont même Bacchus serait fier.

Aujourd’hui, en particulier, les caves représentent le fleuron d’une conception construite à la perfection pour un secteur spécifique. Porter du vin, après tout, n’est pas qu’une étiquette : l’élaboration, la dégustation, tout ce nectar trouve sa propre valeur, capable d’exprimer toute sa valeur, sa qualité et sa tradition. La visite d’un domaine viticole doit être une véritable expérience, rendue possible grâce à ceux qui, grâce à une philosophie œnotechnique architecturale, savent faire vivre le vin et l’homme dans un même lieu, à l’intérieur comme à l’extérieur. Edoardo Venturini avait bien compris une chose : que la cave est aussi vieille que l’humanité.

Après avoir terminé ses premières études, Venturini travaille pour le secteur de la construction, mais le passage des chantiers aux caves est très court. La forte expérience acquise est en effet rapidement rejointe par le désir de se diplômer en architecture. En attendant, cette enfance résonne en lui dans le petit vignoble de ses parents, où il avait appris les vendanges, le pressurage les pieds dans les cuves, sous les arcades de la campagne vénitienne. C’est ainsi qu’il partit à la recherche de quinze caves de la région de Trévise pour son mémoire de fin d’études. L’ouvrage s’intitulera “La Cave : histoire, environnement et projet” et fera le tour des expositions et des musées de la Vénétie dédiés à la culture du vin. A l’intérieur est le résultat de son étude de terrain : 48 mois d’histoire entre familles, technologies et types de vins et d’étiquettes, urbanisme des structures viticoles, architecture des vignobles dans les abbayes, villas Renaissance et châteaux du début du ‘400, caves de ‘ 800 et ‘ 900. Edoardo approfondit leurs caractéristiques, toutes différentes, décidant de les comparer aux caves de Bordeaux et de Champagne, cœur viticole de la France. Une histoire qui ne s’arrêtera pas : aujourd’hui son atelier prend le nom de “Caves faites pour l’art”, un projet architectural pour la construction et le réaménagement d’excellentes caves à vin, qui se veulent l’expression de la durabilité, de l’innovation et – indispensable – de l’extraordinaire beauté.

L’épine dorsale de l’architecture d’Edoardo Venturini est la conscience que, pour donner une maison au vin, il faut écouter une histoire. Non seulement celui enraciné dans les siècles d’architecture qui lui sont consacrés, mais aussi celui gardé par les familles et les personnes qui y vivent, et sans jamais négliger le “endroits brillants“, ou plutôt le principe de peuplement, l’histoire de la terre.

C’est ainsi que Venturini, lentement, passe du conseil et de la conception de petites entreprises à être choisi par des noms importants, avec lesquels il construit, en plus de nouveaux mondes du vin, des relations également durables. Tout vient de l’étude des espaces et de ce que l’on recherche dans la cave comme expression du vin et de la tradition qu’il porte. Si mettono insieme l’esigenza del cliente e la potenzialità del luogo, rispettando l’ambiente, dando forma a strutture raffinate, tradizionali, dalla voce più sostenibile a quella più innovativa, capaci di creare un’esperienza di vino che sia olistica e sappia di futur.

Un exemple de premier ordre est actuellement le projet d’une importante cave à vin dans la province de Foggia, dont le propriétaire, très jeune et éclairé, a choisi de s’appuyer sur Venturini pour créer une structure très holistique, où une philosophie précise accompagne le design intérieur et il donne également vie à la “robe” de produits agricoles plus traditionnels comme l’huile, ainsi qu’à la création de nouveaux sous-produits viticoles éco-durables.

La façon de travailler d’Edoardo est ancrée dans les principes architecturaux les plus anciens – un nom suffit, Andrea Palladio – et en même temps profondément orienté vers les critères les plus contemporains de l’architecture verte et de la construction verte. Cela permet de donner vie à des conceptions attractives, c’est-à-dire capables de faire dialoguer les différentes phases de la cave – de la vinification à la conservation, par exemple – de manière durable et avec un minimum de dépense énergétique. L’utilisation de matériaux naturels indigènes, tels que la pierre d’Apricena, que l’on trouve dans les anciennes églises de Rome ainsi que dans le Palais Royal de Caserte, dans l’église de Padre Pio à San Giovanni Rotondo, donne vie à un bien isolé et donc cave de plus en plus durable. . De ce point de vue, le projet ne néglige même pas les matériaux issus de la transformation du vin, tels que les lies ou les pépins de raisin, recyclés pour la fabrication de produits cosmétiques à base d’essence de vin. Autre point focal, le climat : Edoardo a conçu, à travers un dialogue continu avec le client, la mise en place d’un système de collecte des eaux pluviales (jardin sur le toit), qui permet de récupérer cette dernière et de la réintroduire à l’intérieur du cycle de production.

Il s’agit d’un projet œnotechnique à 360 degrés, qui a demandé à Venturini d’utiliser toutes ses connaissances, son expérience et son originalité. Un motif de fierté, explique Edoardo, surtout parce que le projet est pour une réalité dans le sud de l’Italie, dirigé par un très jeune entrepreneur, qui voulait regarder l’avenir de la vinification d’un point de vue holistique.

https://www.cantinefatteadarte.it/servizi/progigianato-cantine-vinicole

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment