Art

‘Galbi Asva’, l’art rom et sinti exposé à Ferrara

par Lucia Bianchini

La première exposition de Ferrara consacrée aux œuvres d’art des Roms, des Sinti et des marcheurs se tiendra à Pontelagoscuro et se tiendra au Théâtre Cortazar, via della Ricostruzione 40, du vendredi 8 au dimanche 10 avril.

L’exposition s’intitule ‘Galbi Asva’, c’est-à-dire ‘larmes d’or’, en raison de la capacité qui distingue le peuple rom de transformer la douleur en art, et sera inaugurée le samedi 8 avril à 16h00, à l’occasion de la ‘ Romano Dives’, la journée mondiale des Roms, des Sinti et des voyageurs.

“Les auteurs des œuvres – explique la conservatrice Morena Pedraali – sont en fait tous des Roms et des Sintis du monde entier, et c’est important pour commencer à construire un récit différent des communautés, qui part de l’autodétermination, du désir se raconter au-delà des préjugés et des stéréotypes. C’est aussi très sympa qu’il y ait des performances et des moments de musique pour être ensemble et apprendre à se connaître”.

En fait, une partie de la revue ‘Magnifici utopie’ du Teatro Nucleo est liée à cette exposition : le vendredi 8 ‘Fuga in Me Minore’ de Marco Luciano et Veronica Ragusa sera mise en scène, dans laquelle à partir de l’histoire d’amour tourmentée entre Arthur Rimbaud et Paul Verlaine, le thème de la liberté de l’amour sera abordé, cette liberté qui se fait poésie, loupe des sentiments contradictoires qui habitent chacun de nous, tandis que le 9 avril ‘Kashimashi’, de et avec Natasha Czertok, sera retour analysera comment le genre détermine nos actions quotidiennes : gestes, comportements, rituels sociaux. A la loupe de la recherche théâtrale, le « bestiaire privé » de Natasha Czertok s’insinue, avec une bonne dose d’autodérision, dans la dynamique liée à ce que l’on a coutume de définir comme la « normalité » et les stéréotypes dans lesquels on se reconnaît, dans lesquels on rejeter ou dans lequel nous nous sentons contraints.

Le dimanche 10 avril, à la fin de l’exposition, il y aura un apéritif avec jam session avec la communauté rom et sinti de Barco.

« En tant que Nucleo Theatre, ces dernières années, nous avons prêté attention à la culture rom et sinti – explique Veronica Ragusa-. Tout a commencé en 2019 lorsque le Centre International du Théâtre Itinérant, dont le Teatro Nucleo est le seul siège italien, a organisé une caravane d’artistes de Villeneuve (France) à Plovdiv. Plovdiv, en Bulgarie, était alors la capitale européenne de la culture et abrite le plus grand ghetto rom de toute l’Europe : Stolipinovo. Teatro Nucleo s’y installe pour trois semaines et propose des spectacles et des ateliers gratuits ouverts à toute la population. Puis en 2021 Mèra, ville où coexistent les ethnies roms et gabors dans la région roumaine de Cluj-Napoca, accueille une étape du projet Riote3. Dans le cadre de ce projet, des ateliers gratuits sont proposés aux garçons et aux filles de la région, permettant de connaître leurs affinités et leurs différences, en vue d’une véritable réévaluation des zones rurales en Europe, jusqu’à cette année, lorsque Teatro Nucleo est l’invité de TeatRom, un festival qui se déroule parmi et pour les communautés roms de Budapest ».

« À Pontelagoscuro et Barco – poursuit le représentant du Teatro Nucleo – la communauté sinti et rom est très nourrie. Nous collaborons et les impliquons dans plusieurs de nos activités, ateliers, spectacles, notre festival, car nous ressentons une affinité avec eux. Dimanche, nous chanterons ensemble leur hymne, écrit à Auschwitz par des déportés roms, ainsi que d’autres chansons, et nous essaierons d’impliquer toute la communauté, dont, notamment en matière de musique, il y a beaucoup à apprendre ».

L’exposition sera ouverte sur les trois jours de 16h à 21h, heure de début des spectacles, et l’entrée sera gratuite. Les spectacles seront plutôt offerts gratuitement.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment