Cinema

Italicus, la vérité niée, le docu-fiction arrive au cinéma

Italico, la vérité niée: jeudi 7 avril (21h) arrive à aperçu absolu à la Nouveau Cinéma Nosadella à Bolognele docufiction réalisé par étudiants du cours Doc du Liceo Laura Bassi dirigé par Enza Negroni, qui enquête sur le massacre du train Italicus de 1974, l’un des plus graves attentats perpétrés durant les Années de Plomb, toujours resté sans coupable.

Les élèves du lycée Laura Bassi de Bologne, coordonnés par Roberto Guglielmiils ont écrit le scénario, réalisé les interviews, écrit un livre avec le journaliste Antonelle Beccaria et soutenu les professionnels sur le plateau. Au casting Stefano Pescé Et Miriam Previati, avec Maurizio Cardillo, Lorenzo Ansaloni, Lucia Lanzarini, Armando Comini et Enrico Baraldi.

Après les débuts, le film participera à la seizième édition de Docteur en tournée le festival du film itinérant promu par la Région Émilie-Romagne, Fice Emilia-Romagna, DE-R et Cineteca di Bologna et organisé dans le circuit régional des théâtres d’art (sous le calendrier avec toutes les projections).

Tourné entre Bologne et les Apennins, le documentaire tente de faire la lumière sur ce que l’on peut définir comme la dernière pièce du soi-disant «quinquennat noir», qui trouve son origine dans le massacre de Piazza Fontana, survenu à Milan le 12 décembre 1969.

C’est 1,23 del 4 août 1974 lorsque la course du train express 1486 Italicus en provenance de Rome et à destination de Munich s’arrête, en raison d’une bombe qui explose dans le cinquième wagon, en première classe. Les victimes sont douze tandis que quarante-huit voyageurs sont blessés. Les investigations, malgré les nombreuses déviations et contradictions des témoins, réussissent à démontrer le caractère néo-fasciste de l’attentat, sans toutefois pouvoir identifier les coupables.

Grâce à une étude minutieuse et précise des nombreux matériaux collectés, après l’explosion de San Benedetto Val di Sambro et pendant les procès, conservés dans les vitrines Rai et dans les archives de la région d’Émilie-Romagne, y compris le documentaire de Bernagozzi et Buganè, le docufilm alterne des parties de fiction à des parties documentaires avec des entretiens avec les principaux intervenants, dont le juge Vito Zincani qui a enquêté sur « Black Order », l’organisation terroriste qui a revendiqué l’attentat, le juge Léonard Grassi du procès italien à deux reprises.

Franco Sirotti, frère de Silver, le cheminot de Forlì qui, sorti pratiquement indemne de l’explosion de la bombe, n’a pas hésité à remonter dans le wagon dévasté et en feu avec un extincteur (son intervention a permis de sauver de nombreuses vies mais lui a coûté le sien, à cause du feu et de la fumée).

Mauro Russo, blessé dans l’explosion, la journaliste Sandra Bonsanti qui a travaillé sur l’affaire, Ennio De Francesco qui a enquêté sur l’Italicus et un secouriste des pompiers.

Les parties fictives impliquent un casting de la région, y compris les Bolonais Stefano Pescé (parmi les nombreuses œuvres, à la télé avec Ris-Crimes imparfaits, District de policeet au cinéma De zéro à dix di Ligabue) qui joue un commissaire enquêtant sur Italicus et Ferrare Miriam Previati (à la télévision dans A un pas du Cielet au cinéma avec Escapades innocentes, Le traître et autres films) en tant que journaliste qui suit les différents procès. La direction de la photographie est de Andréa Dalpiano et le look des années 70 a été édité par Orea Malia / Davines.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment