Cinema

Machinive du 21 au 25 avril 2022, le programme des animations

Un nouvel événement de Nomadica et de l’Académie des Beaux-Arts Laba, unique en Italie, pour découvrir des dizaines d’œuvres hors des circuits, en avant-première nationale, du passé et du futur, de tous les coins du monde. Cinq jours d’immersion radicale dans le cinéma d’artiste expérimental et international, avec des activités artistiques et des moments d’étude qui créeront des opportunités d’échanges informels entre spectateurs, étudiants, cinéastes, artistes et commissaires. Il s’agit de Machinalive, l’exposition internationale du cinéma expérimental et d’artiste, qui se déroule à Brescia du 21 au 25 avril.

Un nouvel événement de Nomadica et de l’Académie des Beaux-Arts Laba, unique en Italie, pour découvrir des dizaines d’œuvres hors des circuits, en avant-première nationale, du passé et du futur, de tous les coins du monde. Cinq jours d’immersion radicale dans le cinéma d’artiste expérimental et international, avec des activités artistiques et des moments d’étude qui créeront des opportunités d’échanges informels entre spectateurs, étudiants, cinéastes, artistes et commissaires.

De nombreux auteurs protagonistes avec leurs œuvres respectives, dont Dianna Barrie, Yonay Boix, Sílvia das Fadas, Manuela De Laborde, Claudia Larcher, James Edmonds, Benjamín Ellenberger, Morgan Fisher, Paolo Gioli, Teo Hernandez, Lydia Nsiah, Charlotte Pryce, Lucy Raven, Michael Robinson et Andrew Norman Wilson. Parmi les projections de films, les rencontres, les performances, les installations, les séminaires et les ateliers, il y a aussi un hommage dédié au réalisateur de Brescia Gianni Serra.

Organisé par Giulia Mazzone et Giuseppe Spina et organisé avec l’Académie des Beaux-Arts Laba et ses étudiants, Machinalive sera situé dans différents endroits de la ville : des bureaux de Laba au Cinéma Nuovo Eden, du Spazio Contemporanea au MoCa. Les films seront présentés dans leur langue originale avec des sous-titres en italien : tous les événements de l’exposition sont gratuits.

C’est la notion

Machinelive, une machine vivante qui n’a aucune distance entre l’artifice et la Nature, qui vit selon des lois universelles. C’est la machine-monde qui nous permet de voir chaque acte de création comme un tout en couches que nous (re)découvrons et (ré)organisons en permanence. Les suggestions qui parcourent le programme de Machinalive présentent une vision écologique et esthétique dans laquelle la nature, la machine et l’être humain font partie d’un même plan : nous abordons la matière et ses règles, les choses qui nous entourent, reconnaissant leur Nature innée, étant conscients de la fonctions et effets, des ressources nécessaires ; nous opérons dans un monde de relations qui annulent la dichotomie entre sujet et objet, car les objets et les sujets ne sont pas simplement “être”, mais bougent, générant des rencontres et des heurts, des mouvements et des échanges, des oscillations et des résonances.

je formate

  • 6 Sélectionnez. Vingt et un films de cinéastes et d’artistes qui explorent les frontières de l’image en mouvement. La sélection est le fruit de recherches au sein du réseau Nomadica, ce sont des courts métrages réalisés entre 2020 et 2022, arrivant du monde entier à travers les festivals les plus cool du moment et les musées pointus. Tous les films auront une avant-première nationale et seront projetés dans leur langue originale avec des sous-titres italiens.
  • Hommage à Gianni Serra. Un hommage au réalisateur de Brescia Gianni Serra, décédé en septembre 2020. Entre les années 70 et 80, Gianni Serra a réalisé des documentaires et des films de fiction, il a travaillé à Rai en faisant des enquêtes passionnantes. Chacune de ses œuvres est un coup de poing face à l’exploitation et à la maltraitance sociale et c’est pour cette raison que son œuvre a souvent été contestée bien que sa valeur profonde n’ait jamais été niée.
  • Festival du film périphérique. La Mecànica de la Luz. Mostra de Cinema Periférico est un événement unique en Espagne axé sur le cinéma d’avant-garde, où réalisateurs, professionnels, étudiants et publics passionnés du monde entier se réunissent autour du cinéma expérimental contemporain et de la création.
  • La mécanique de la vision. Un séminaire pour approfondir les outils d’analyse du comportement visuel humain, en essayant de comprendre les fous à travers lesquels la machine humaine est capable, à partir des ondes d’énergie électromagnétique, de percevoir, décomposer et créer.
  • La courbe de l’instant. L’hommage à Teo Hernández, organisé par Francisco Algarín Navarro et Carlos Saldaña, est divisé en un séminaire et un programme de trois films 16 mm de la collection du Centre George Pompidou à Paris. Teo Hernández Cinéaste et artiste mexicain ayant vécu à Paris. Hernández est une figure de proue du cinéma mexicain et français, qui depuis son exil “auto-imposé” en France s’est concentré sur la pratique du cinéma expérimental au sein de la communauté gay et de la contre-culture parisienne à la fin des années 1960 et 1970.
  • Le tremblement de terre. Cinéma et nouvelles pratiques écologiques : le thème sera proposé et développé de manière absolument inédite, et accompagnera le public et les étudiants dans la découverte de nouvelles pratiques et sensibilités hors du commun.
  • Cinéma élargi. Divers moments de cinéma élargi entre musique et projections où l’on agit directement sur les projecteurs 16 mm. Artistes nationaux et internationaux impliqués. Avec des films de Paul Sharits, Morgan Fisher et une performance live de Luis Macias (Espagne), du collectif milanais WarshadFilm, et une collaboration avec le festival international de musique jazz Brescia Indica.
  • Expositions photographiques. Fiesta et artificielle céleste. L’exposition, organisée par Luca Santese, rassemble une sélection de photographies produites par un groupe de dix-sept jeunes photographes qui ont participé à une formation au collectif photographique Cesura. Cesura est un collectif photographique fondé en 2008 par Arianna Arcara, Luca Baioni, Alex Majoli, Gabriele Micalizzi, Andy Rocchelli, Alessandro Sala et Luca Santese.

Le programme

jeudi 21 avril

h16.00 Espace Contemporain – Sélectionnez 1
Golden Jubilee, Suneil Sanzgiri, États-Unis / Inde, 2021 Policefalia in re, Michael Robinson, États-Unis, 2021

h17.30 Espace Contemporain – Programme spécial ROUGH organisé par ৺ ෴ ර ∇ ❃ Bea et Beatrice
Gibson The Canyon, Zachary Epcar, États-Unis, 2021 Uranium Hex, Sandra Lahire, Royaume-Uni, 1987 Alternative Economies, Rehana Maman, Royaume-Uni, 2021
A Rough History (de la destruction des empreintes digitales), Ayesha Hameed, Royaume-Uni, 2016

h19.00 Espace Contemporain – Présentation d’expositions photographiques
Fête de Luca Santese (Cesura)
Ciel artificiel de Luca Santese

h20.30 Cinéma Nuovo Eden – Projection Hommage à Gianni Serra, présentée par le journaliste Nino Dolfo
Un lièvre au visage d’enfant, Gianni Serra, Italie, 1989

vendredi 22 avril

h10.30 Académie des Beaux-Arts Labasiège à via Privata de Vitalis – Rencontre
La mécanique de la vision

16h00 Espace Contemporain – Sélectionnez 2
Transparent, je suis, Yuri Muraoka, Japon, 2020
Qu’as-tu dit ?, Shun Ikezoe, Japon, 2021
Configurations, James Edmonds, Allemagne, 2021
Meihōdō, Jorge Suárez-Quiñones Rivas, Japon / Espagne, 2020

17h30 Espace Contemporain – Zoom sur les soins de Zoe Meyer
Kitâb al-Isfâr : Carnet de voyage, Baba Hillman, 2020, France

h20: 00 Espace Contemporain – Programme spécial
La Terratrama organisée par Tommaso Isabella avec les films et la présence d’Elke Marhöfer

h22: 30 Espace Contemporain – Programme spécial + performance La mécanique de la lumière par (S8) Mostra de Cinema Periférico et AA++
Le programme est présenté par Elena Duque et comprend une performance de AA ++ (Ángel Rueda, Ana Domínguez)

samedi 23 avril

h10.30 Académie des Beaux-Arts Laba Bureau Via Privato Vitalis –
Le Terratrame. Rencontre avec Elke Marhöfer, Sílvia das Fadas et Tommaso Isabella.

h15: 30 Espace Contemporain – Sélectionnez 3
De cette fascinante membrane, Charlotte Pryce, USA, 2020
Fictions, Manuela De Laborde, Allemagne / Mexique, 2021

h16: 00 Espace Contemporain – Sélectionnez 4
Un paysage à inventer, Josh Weissbach, États-Unis / Irlande / Grèce, 2020 Instant Life, Anja
Dornieden, Juan David González Monroy, Andrew Kim, États-Unis / Allemagne, 2022

h17: 30 Espace Contemporain – Programme spécial
La Terratrama organisée par Tommaso Isabella avec des films et la présence de Sílvia das Fadas

h20: 30 Espace Contemporain – Programme spécial
Presque un fantasme, édité et présenté par Enrico Camporesi. Avec des films d’Andrew Norman Wilson, Lucy Raven et Cartoon Factory de Max Fleischer

h22: 30 Espace Contemporain – Programme spécial
L’art de la projection par Rinaldo Censi
Avec les films : Instructions de projection, Morgan Fisher, USA, 1976
Mode déclaratif, Paul Sharits, USA, 1976, double écran 16 mm
Razor Blades, Paul Sharits, États-Unis, 1965-68, double écran 16 mm

dimanche 24 avril

h10.30 Académie des Beaux-Arts Labasiège social à via Privata de Vitalis
La courbe de l’instant. Hommage à la rencontre de Teo Hernandez avec Francisco Algarín Navarro et Carlos Saldaña.

h15: 30 Espace Contemporain – Sélectionnez 5
Junkerhaus, Karen Russo, Allemagne, 2019
Aubade di Datura, Bretta C. Walker et Jean-Jacques Martinod, États-Unis, 2021
Night Reflection (I), Benjamin Ellenberger, Argentine, 2020
Saw the fire ship, Daniel Murphy, États-Unis, 2021

h16: 00 Espace Contemporain – Sélectionnez 6
Mies s’effondrer, Claudia Larcher, Autriche, 2020
Silence, Jacques Perconte, Pays-Bas, 2022
Poitrine, Siegfried Fruhauf, Autriche, 2019
L’analogue de l’océan, Luis Macias, Mexique-Espagne, 2021
« Vs », Lydia Nsiah, 2021, Autriche

h17: 30 Espace Contemporain – Programme spécial
La courbe de l’instant. Hommage à Teo Hernandez par Francisco Algarín Navarro et Carlos Saldaña. Avec des films :
Le voyage au Mexique, Teo Hernandez, Mexique, 1989
Foire du trône, Teo Hernandez, France, 1981
FEUILLES D’ÉTÉ, Téo Hernandez, France, 1983

h21: 00 Spazio Idra – MoCa – Centre des nouvelles cultures au sein du festival Indica :
Alessandra Novaga seule
à suivre : Performance cinématographique élargie Yeux vides et pupilles brûlantes de colère et de désir, Luis Macias
suivants : Kaja Draksler (piano), Christian Lillinger (batterie), Tobias Delius (sax ténor)

lundi 25 avril

h11: 00 Espace Contemporain – Expositions de films et de musique élargies avec :
Selce, WarshadFilm (Tiziano Doria, Samira Guadagnuolo)
à suivre Rosso Polare, Cani lent à suivre
Je ne peux pas voir le sixième soleil, Luis Macias

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment