Cinema

films à Venise et sa province le mardi 12 avril 2022 Événements à Venise

Les événements de la revue “La Région Vénétie pour un cinéma de qualité – La Région vous emmène au cinéma avec trois euros – Les mardis au cinéma”, un projet pluriannuel réussi de la Région Vénétie, se poursuivent le mardi 12 avril dans les cinémas de Venise et sa province réalisé en collaboration avec la Fédération italienne du cinéma d’essai (FICE) de la Tre Venezie et l’Union interrégionale de Triveneta AGIS.

Venise

Dans la ville, le multiplexe Giorgione, dans ce deuxième rendez-vous avec des projections à trois euros, propose à 16h30, 18h45 et 21h00, “Spencer” (USA, 2021, 111 ‘) de Pablo Larraín, Le mariage entre la princesse Diana et le prince Carlo est depuis longtemps devenue une relation froide et distante. Bien que des rumeurs de trahisons et de divorce circulent déjà, les vacances de Noël à la Royal Sandringham House scellent une trêve. Et le temps passe entre les dîners, les apéritifs et les parties de chasse. Diana connaît le jeu, mais cette année, les choses vont être complètement différentes. Le film est une reconstruction imaginaire de ce qui a pu se passer durant ces jours fatidiques.

A l’affiche du multiplexe Rossini on retrouve, à 17h45 et 21h00, “Ennio” (Italie, Belgique, Chine, Japon, 2021, 150′) de Giuseppe Tornatore, portrait à part entière d’Ennio Morricone, le plus populaire et musicien prolifique du XXe siècle, le plus aimé du public international, deux fois oscarisé, auteur de plus de 500 bandes sonores inoubliables. Le documentaire le raconte à travers une longue interview de Tornatore avec le Maestro, des témoignages d’artistes et de réalisateurs, de la musique et des images d’archives.

A 17h15, 19h15 et 21h15, le Multiplex Astra du Lido de Venise se concentre sur “Belfast” de Kenneth Branagh (Grande-Bretagne, 2021, 98 ‘), lauréat de l’Oscar 2022 du meilleur scénario original. Belfast, 1969. Buddy vit avec sa mère et son frère aîné dans un quartier mixte habité par des protestants et des catholiques. Ce sont des voisins, des amis, des camarades de classe, mais il y a ceux qui voudraient qu’ils soient des ennemis jurés et jettent littéralement de l’huile sur le feu, attisant les conflits religieux, détruisant les fenêtres des maisons et la paix de la communauté. La famille protestante de Buddy évite les ennuis, ne succombe pas à l’attrait des violents et attend avec impatience le retour bimensuel de son père de Londres, où il travaille comme charpentier.

Prof

Une riche sélection d’œuvres dans les salles de Mestre. Au cinéma Dante, “Le Portrait du duc” de Roger Michell (Grande-Bretagne, 2020, 96′) est programmé à 17h00, 19h00 et 21h00. En 1961, Kempton Bunton, un chauffeur de taxi de 60 ans, a volé le Portrait du duc de Wellington de Francisco Goya à la National Gallery de Londres. Kempton a exigé une rançon inhabituelle: il ne rendrait le tableau que si le gouvernement faisait plus d’efforts pour prendre soin des personnes âgées, pour lesquelles il s’était précédemment battu. Seulement 50 ans plus tard, on découvrit que Kempton avait tissé une toile de mensonges. La seule vérité était qu’il était un homme bon déterminé à changer le monde et à sauver son mariage.

Il y a deux possibilités de choix au multiplex IMG Candiani. A 16h45, 19h50 et 22h05 projection du film “La fille noire” (USA, 2021, 121′) de Maggie Gyllenhaal, d’après le roman du même nom d’Elena Ferrante et récompensé à Venise pour le meilleur scénario , commence. Pendant des vacances à la plage seule, Leda est intriguée et fascinée par une jeune mère et sa petite fille alors qu’elle les regarde sur la plage. Troublée par leur relation irrésistible, ainsi que par leur famille élargie tapageuse et menaçante, Leda est submergée par ses souvenirs personnels des premières étapes de la maternité. A 16h40, 18h30, 20h15 et 22h05 c’est au tour de “Bla Bla Baby” (Italie, 2022, 94′) de Fausto Brizzi. Luca travaille dans la société futuriste Green Light qui s’occupe d’énergie renouvelable et de durabilité environnementale. Grâce à l’aide de son ancien camarade de classe au collège, il obtient une place à la crèche de l’entreprise. Un jour, Luca mange un aliment pour bébé qui lui donne un talent de super-héros : la capacité d’interpréter ce que les enfants pensent et expriment de manière incompréhensible pour les adultes.

Regardez plutôt le multiplexe IMG Palazzo au cinéma français avec la projection, à 16h45, 19h15 et 21h15, de “Paris, 13Arr”. (France, 2021, 105′) de Jacques Audiard. Le film raconte une histoire moderne d’amour et d’amitié, de jeunesse et de sexualité. Quatre vies avec leurs questions existentielles respectives, quatre destins qui s’entremêlent sur fond de gratte-ciel parisiens. Trois filles et un garçon dans un monde liquide. Amis, amants et les deux ensemble remplissent un monde de couleurs en noir et blanc.

Province * ANTIBES FRANCE

En province, au Cinéma Teatro di Mirano on retrouve, à 20h00, « Ennio » (Italie, Belgique, Chine, Japon, 2021, 150′) de Giuseppe Tornatore. Le Cinéma Oratorio di Robegano célèbre la Nuit des Oscars qui vient de s’écouler en projetant, à 20h30, “Coda – Les signes du cœur” (USA, France, 2021, 111′) de Sian Heder, lauréat du Meilleur Film, Meilleur Non-original Scénario et Meilleur acteur dans un second rôle. Ruby Rossi n’est pas une lycéenne comme les autres : ses journées commencent à 3 heures du matin, sur un bateau de pêche, aux côtés de son frère aîné Léo qui, comme ses deux parents, est sourd. Ruby a passé la majeure partie de sa vie en tant qu’interprète pour sa famille et se sent particulièrement protectrice envers papa Frank et maman Jackie. Même si Ruby assume une énorme responsabilité face aux défis de l’adolescence, elle a une issue importante : elle aime chanter.

De la Berlinale de 2020, l’opéra “Une année avec Salinger” (Canada, Irlande 2020, 101′) de Philippe Falardeau, d’après le roman du même nom de Joanna Rakoff, arrive à la Multisala Verdi de Cavarzere à 21h00. New York, années 1990 : Après avoir quitté l’université pour devenir écrivain, Joanna est engagée comme assistante de Margaret, l’agent littéraire impassible et légèrement rétro de JD Salinger. La tâche principale de Joanna est de répondre, par un message formel de l’agence, aux milliers de lettres envoyées par les admirateurs de Salinger. Mais alors qu’elle lit les mots poignants qui viennent du monde entier, Joanna devient de plus en plus réticente à répondre avec la lettre impersonnelle de l’agence et, sur une impulsion, commence à personnaliser les réponses.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment