Art

TVA de 10 % pour les photographies en tant qu’œuvres d’art : quand elle s’applique

Avec la réponse à la décision no. 188 du 12 avril 2022, le fisc a précisé le régime de TVA applicable aux ventes de photo quelles oeuvres d’art.

Pas lui. 127-septiesdecies) du tableau A, partie III, annexé à l’arrêté TVA prévoit l’application detaux de TVA réduit de 10% tous ventes d’oeuvres d’artantiquités, objets de collection, importés ; objets d’art visés à la lettre a) du tableau joint au décret législatif n. 41/1995 transféré par les auteurs, leurs héritiers ou légataires.

Sur la base de la lettre a) du tableau A, les objets d’art comprennent les photo réalisée par l’artistetiré par lui-même ou sous son contrôle, signé et numéroté jusqu’à 30 exemplaires, de tout format et support.

Cette disposition reproduit exactement les dispositions du point 7) de l’annexe IX, partie A, de la directive TVA n°. 2006/112/CE, qui comprend, parmi les objets d’art, les objets de collection ou les antiquités visés à l’art. 311, alinéa 1, points 2), 3) et 4), les « photographies prises par l’artiste, prises par lui-même ou sous son contrôle, signées et numérotées jusqu’à trente exemplaires, de tout format et support ».

La position de la Cour de justice de l’UE

À cet égard, la Cour de justice (arrêt du 5 septembre 2019, C-145/18), précisément en ce qui concerne les portraits et les photographies de mariage, a jugé que, sur la base des dispositions combinées de l’art. 311, paragraphe 1, point 2, de la directive TVA, avec l’annexe IX, partie A, point 7) de la même, décrit en détail les conditions à remplir des photographies pour être considérées comme des “œuvres d’art” et, par conséquent, il apparaît que toute photographie remplissant ces conditions doit être considérée comme un “objet d’art” aux fins de l’application du taux réduit de TVA.

Point 7) ne pas ça concerne photographies artistiquesmais toutes les photographies prises par l’artistetiré par lui-même ou sous son contrôle, signé et numéroté jusqu’à 30 exemplaires, de tout format et support.

De plus, de l’utilisation du terme “artiste“Visée à l’annexe IX, partie A, point 7), de la directive TVA, il ne saurait en être déduit que, au-delà des conditions prévues audit point 7), une photographie doit également présenter un caractère artistique pour bénéficier de le taux réduit de TVA.

Par conséquent, les dispositions combinées de la directive déterminent la photo réfléchi objets d’art par critères objectifs qui sont, pour l’essentiel, liés à l’identité et à la qualité de l’auteur de la photographie, au mode d’impression, à la signature, à la numérotation et à la limitation du nombre d’exemplaires.

Ces critères sont suffisants pour garantir que l’application de lataux de TVA réduit seules les photographies répondant aux mêmes critères constituent l’exception à l’application du tarif standard à toute autre photographie.

En effet, une interprétation de ces dispositions selon laquelle l’application du taux réduit de TVA serait limitée aux photo qui, entre autres, ont un caractère artistique, ferait dépendre l’application de ce taux réduit de l’appréciation de l’administration fiscale nationale compétente quant à leur valeur artistique, valeur qui n’est pas une caractéristique objective mais subjective.

En fait, comme l’a déjà mentionné la Cour, la valeur artistique d’un objet est essentiellement défini sur la base de critères subjectifs et variables.

En conclusion, la Cour établit que pour être considérées comme des œuvres d’art pouvant bénéficier du taux réduit de TVA, les photo ils doivent être interprétés par leur auteur, dessinés par lui ou sous contrôle, signés et numérotés dans la limite de 30 exemplaires, à l’exclusion de tout autre critère, notamment l’appréciation, par l’administration fiscale nationale compétente, de leur caractère artistique.

L’art. 103, alinéas 1 et 2, lettre a), de la directive no. 2006/112, en liaison avec l’art. 311 (1) (2) de ladite directive, et l’annexe IX, partie A, point 7) de celle-ci doivent être interprétés en ce sens qu’ils s’opposent à une réglementation nationale limitant l’application du taux TVA réduite aux seules photographies à caractère artistique, dans la mesure où l’existence de ce dernier caractère est soumise à une appréciation de l’administration fiscale nationale compétente qui ne s’exerce pas dans les limites de critères objectifs, clairs et précis établis par cette législation nationale, qui la rendent possible de déterminer avec précision les photographies auxquelles cette législation réserve l’application de ce taux réduit, afin de ne pas enfreindre le principe de neutralité fiscale.

Lorsque le taux réduit de TVA s’applique

Au vu des considérations de la Cour de justice, donc, l’application aux photographies, à comprendre comme objet d’art, du taux réduit de TVA de 10% visé au n. 127-septiesdecies) du tableau A, partie III, annexé au décret TVA, est subordonnée à l’existence des conditions de caractère objectif indiquées par le droit national, conformes à celui de l’Union.

Elle s’appliquera donc aux cessions de photo réalisés que si et dans la mesure où il s’agit de photographies réalisée par l’artistetiré par lui-même ou sous son contrôle, signé et numéroté en limites de trente spécimensde tout format et support.

Si le ccontributeurs fournir un service tout comprispar exemple, des photos, des vidéos et aussi de la présence éventuelle d’opérateurs supplémentaires, le service sera soumis au taux de TVA ordinaire.

Par la rédaction

Copyright © – Reproduction réservée

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment