Cinema

La frontière du cinéma et de l’histoire

La frontière a toujours divisé de multiples univers de sens. Elle sépare « nous » de « eux », le connu de l’inconnu, un peuple d’un autre. L’histoire troublée de l’Europe enseigne cependant que les frontières ne sont pas des barrières naturelles mais des espaces sujets au changement qui restent des lieux de passage, d’échange et de comparaison.
Le projet pluriannuel Est – Ouest La frontière du cinéma et de l’histoire 1945-1954-2025 / VZHOD – ZAHOD Meja skozi film in zgodovino 1945-1954-2025 veut donc explorer, à travers la perspective multiforme des images en mouvement, ce qui a été le la vie à la frontière italo-slovène dans une période d’importance historique, politique et sociale particulière.

L’initiative, conçue et promue par l’association Kinoatelje avec de nombreux partenaires et le soutien de la Région Autonome Frioul-Vénétie Julienne, a été présentée pour la première fois dans son ensemble le 14 avril 2022 à l’Antico Caffè San Marco de Trieste.

Le projet fait ses premiers pas à partir de l’idée d’une rétrospective cinématographique consacrée à la frontière entre l’Italie et la Yougoslavie dans la période 1945-1954 et dans les époques suivantes et jusqu’à aujourd’hui. Il a été immédiatement décidé d’associer les réflexions de quelques historiens, sociologues et critiques de cinéma de renom à des films, des actualités et des documentaires. D’où les trois différentes sections du symposium qui se tiendront du 9 au 16 mai à Ljubljana (Slovenska kinoteka), Nova Gorica (Kulturni dom), Gorizia (Palazzo del Cinema) et Trieste (Cinema Ariston) avec la participation de Raoul Pupo, Jože Pirjevec, Kaja Širok, Štefan Čok, Katia Pizzi, Lorenzo Codelli, Gian Piero Brunetta, Paolo Caneppele, Marcel Stefančič, Alessandro Cuk et d’autres invités qui seront invités à apporter leur contribution pour approfondir le voyage cinématographique dans la salle.

Bon nombre des productions que nous verrons en mai impliquent la capitale julienne, carrefour stratégique dans le contexte international de l’époque dans la lutte pour la frontière de la Haute Adriatique, marquée par les relations problématiques entre les Alliés de l’Est et de l’Ouest et par la rhétorique de la guerre froide.
Au cours de la période ’45 -’54, l’Italie et la Yougoslavie ont donné vie à une collection parallèle de films et de productions cinématographiques qui, tout en documentant les mêmes événements, les racontent d’une manière complètement différente. Des œuvres inédites et souvent introuvables aujourd’hui qui seront présentées au grand public au cours d’une semaine au cours de laquelle alterneront des interventions d’éminents spécialistes du cinéma et de l’histoire, dans le cadre d’une programmation organisée par Kinoatelje, La Cappella Underground et Slovenska kinoteka en collaboration avec l’European projet CBA TRIESTE – Bataille cinématographique pour l’Adriatique: Films, frontières et la crise de Trieste (H2020 MSCA – Université Ca ‘Foscari de Venise) de Dunja Jelenković.

Parmi les longs métrages sélectionnés réalisés dans le premier après-guerre on verra, entre autres, Trieste (Trst, 1951) et Sur nos terres (Na svoji zemlji, 1948) de France Štiglic, Coeurs sans frontières de Luigi Zampa, La città dolente de Mario Bonnard et des championnats du monde classiques comme The Third Man, un film de 1949 de Carol Reed se déroulant après la guerre dans une Vienne divisée en quatre zones alliées, l’un des pamphlets historico-politiques les plus discutés et les plus reconnaissables du noir.

Le processus ainsi engagé s’achèvera dans 3 ans par une rétrospective internationale qui sera promue au niveau européen. Le choix de la période n’est pas fortuit mais représente une orientation culturelle et promotionnelle claire. En 2025, lorsque Nova Gorica et Gorizia seront capitales européennes de la culture, la rétrospective pourra contribuer à présenter et à promouvoir les particularités de notre territoire. Tout cela s’intègre parfaitement au programme culturel GO!. 2025. En particulier, les contenus produits par le projet seront mis à disposition à l’EPICenter, un espace qui racontera aux citoyens locaux et aux visiteurs internationaux le passé mouvementé de la région.
Le projet est présenté à l’Antico Caffè San Marco par Mateja Zorn – Kinoatelje, Lorenzo Codelli – La Cineteca del Friuli, Chiara Barbo – La Cappella Underground, Igor Prassel – Slovenska kinoteka et Dunja Jelenković – Université Ca ‘Foscari de Venise.

En réalité, il s’agit d’un partenariat beaucoup plus large, témoignant de la complexité d’une démarche qui s’étendra au fil des années pour valoriser un patrimoine audiovisuel commun et le montrer à l’échelle internationale. Le large réseau de partenaires témoigne de la complexité d’une initiative qui proposera conférences, rétrospectives, expositions, productions éditoriales et audiovisuelles, travaux de restauration et de numérisation, activités de formation. Le tout en collaboration avec des institutions d’archives telles que l’Istituto Luce, Slovenski filmski arhiv pri Arhivu Republike Slovenije et de nombreuses cinémathèques slovènes, italiennes et étrangères.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment