Cinema

homme et chien sur la route du bonheur

Présenté en avant-première au Comicon 2022 à Naples, Io e Lulù marque les débuts en tant que réalisateur de Channing Tatum. L’acteur – qui incarne également le protagoniste du film, le soldat Briggs – reprend un thème qui lui est particulièrement cher et qu’il avait déjà traité, toujours avec son partenaire Reid Carolin, dans le documentaire War Dog : A Soldier’s Best Friend in 2017. Après la disparition de son chien en 2018, Tatum décide de rendre un véritable hommage à l’amitié qui le liait à son fidèle compagnon à quatre pattes et de reprendre l’enquête sur la relation de loyauté entre soldats et chiens de l’armée américaine.

Moi et Lulu, l’intrigue du film

Après une énième mission au Moyen-Orient, le soldat Briggs (Channing Tatum) a été renvoyé de son équipe de rangers et suspendu de toute activité militaire en raison de graves blessures à la tête. N’ayant plus de but dans la vie, l’ex-soldat est prêt à tout (même de faux papiers) pour rejoindre l’armée. Un jour, suite au décès de son ami et collègue le sergent Nogales dans un accident de voiture, on lui demande d’emmener Lulu, un beau berger belge, aux funérailles de son maître en Arizona, comme le demande la famille du défunt. En retour, il aura une nouvelle chance dans l’armée américaine. La petite chienne, élevée dans l’armée pour combattre et avec plusieurs expéditions guerrières derrière elle, est désormais violente et imprévisible : après le dernier adieu à son ancien maître, il va falloir l’abattre. A bord d’un Ford Bronco de 1984, c’est ainsi que commence un voyage atypique en Amérique sur la route, mettant en scène un homme et un chien, qui apprendront à s’entendre grâce aux mille aventures (et mésaventures) d’une course contre la montre pour obtenir aux funérailles. Entre querelles, morsures, salles de bains, voitures en panne, événements imprévus continus et même l’infraction à certaines lois, Briggs et Lulù vont tisser un lien unique et redécouvrir leur bonheur personnel et mutuel.

La bande-annonce

Un voyage ensemble, un sentiment authentique

Les débuts de réalisateur de Channing Tatum sont l’occasion pour l’acteur de se tester sous un nouveau jour. Le soldat Briggs est bien son classique grand homme musclé, mais sa ténacité est vite égratignée par le sentiment qui émeut tout être humain : l’amour pour son chien. Le voyage sur la route que font les deux protagonistes est un voyage en commun à la fois physiquement et émotionnellement : Briggs et Lulù sont deux personnages difficiles, solitaires et marqués par la guerre, mais ils se retrouvent au bon moment, finissant par se sauver. Le film de Tatum raconte ce qui est l’un des liens sentimentaux les plus profonds et il le fait intelligemment, c’est-à-dire en explorant la relation homme-chien avec simplicité et en y ajoutant également quelques réflexions “en plus”. Il n’y a pas (à juste titre) grand chose à dire sur l’intrigue de Io e Lulù : le film est guidé par la spontanéité du parcours qui unit les protagonistes ; Les sentiments de Briggs deviennent progressivement plus authentiques à mesure qu’il apprend à connaître et à écouter Lulu, et l’histoire continue naturellement guidée par leur amitié. En même temps – sans aller miner l’intrigue – Tatum reprend cette réflexion sur le rôle des chiens de l’US Army déjà abordée dans son documentaire réalisé pour HBO en 2017. Il n’y a évidemment pas d’images fortes ni de plaintes, mais il est intéressant de voir , parfois, une réalité certes méconnue et presque absente du monde du cinéma, une dimension qui oscille brusquement entre l’héroïsme militaire dicté par la culture américaine et l’exploitation réelle des animaux.

Le film est toujours un hommage clair du réalisateur à son chien disparu, mais – comme il l’écrit déjà sur l’affiche – “ne t’inquiète pas, le chien ne meurt pas !”, car Lulu et moi explorons et racontons le lien profond entre homme et chien à travers un voyage la route positive, qui devient vite un voyage à la découverte du bonheur, celui authentique que seul un ami à quatre pattes peut vous faire découvrir.

Note : 7

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment