Cinema

Catherine Spaak est morte – Cinéma

(ANSA) – ROME, 17 AVRIL – Catherine Spaak est décédée. L’actrice, présentatrice, écrivain, chanteuse venait d’avoir 77 ans. Il y a deux ans, elle a souffert d’une hémorragie cérébrale.

Née en France à Boulogne-Billancourt (en Ile-de-France) le 3 avril 1945 d’une famille de la haute bourgeoisie belge, fille du scénariste Charles et petite-fille de l’homme d’Etat Paul-Henri, Catherine Spaak a, dans sa longue carrière, entre musique, cinéma et télévision. Après une brève apparition dans Le trou (1960 ; Il buco) de Jacques Becker, il obtient la même année son premier rôle principal dans Sweet Inganni d’Alberto Lattuada. Deux ans plus tard, il tourne La Matta de Luciano Salce, dans lequel il est l’inquiétant objet de désir d’un ingénieur quadragénaire à succès, Ugo Tognazzi. Sur le plateau, il rencontre Fabrizio Capucci : de leur mariage naîtra Sabrina, qui deviendra plus tard comédienne de théâtre.

Parmi les films tournés avec les maîtres du cinéma italien et aux côtés de nos plus grands acteurs, Il sorpasso (1962) de Dino Risi, La noia (1963) de Damiano Damiani, d’après le roman de Moravia, La parmigiana (1963) d’Antonio Pietrangeli, La vie au chaud (1964) de Florestano Vancini. Et encore L’Armée Brancaleone (1966) de Mario Monicelli, avec Vittorio Gassman ; Adulterio all’italiana (1966), avec Nino Manfredi, et dans La matriarca (1968), avec Jean-Louis Trintignant, tous deux de Pasquale Festa Campanile ; Une fille plutôt compliquée (1969) de Damiani, aux côtés de Jean Sorel. Il récite encore dans Made in Italy, 1965 de Nanni Loy, dans la géniale comédie Febbre da Cavallo de Steno et Io et Caterina, réalisée et interprétée par Alberto Sordi), mais aussi dans des polars comme Il gatto à neuf queues de Dario Argento, jusqu’à au dramatique Claretta de Pasquale Squitieri. Ses premiers succès musicaux datent également de ces années, comme Mi fai scari (1964) et Quelli della mia anni, reprise de Tous les garçons et les filles de Françoise Hardy, L’armée du surf. En 1968, il rencontre Johnny Dorelli sur le tournage de la comédie musicale The Merry Widow : leur fils Gabriele Guidi est né de leur longue relation.

Depuis le milieu des années 80, Spaak quitte presque complètement le cinéma pour se consacrer à la télévision. Elle a dirigé Linea Verde en 1981, puis de 1985 à 1988 les trois premières éditions de Forum, elle a surtout été l’auteur et l’animatrice pendant 15 saisons de Harem, le talk-show Rai3 tout féminin, raffiné, intelligent et sans rhétorique. En 2007 il fait partie des concurrents de Danse avec les stars, en 2013 il participe à la série culte Un médecin dans la famille, en 2014 il fait partie des concurrents de l’émission Rai1 C’est possible, en 2015 il se teste avec L’île des célèbres mais aussitôt forfait.

Sans négliger le théâtre – souvenez-vous notamment des comédies musicales Promesse, promesse de Neil Simon et Cyrano d’Edmon Rostand – en 2019 Catherine Spaak revient au cinéma avec Les vacances d’Enrico Iannaccone, présenté à Alice nella città pour le Festival de Rome, incarnant un ancien magistrat luttant contre Alzheimer.

Entre-temps, il collabore également avec certains journaux, tels que Il Corriere della Sera, Amica, Anna et Tv Sorrisi e Canzoni. En 2013, elle épouse Vladimiro Tuselli.

En 2020, quelques jours après le confinement, elle est atteinte d’une hémorragie cérébrale : “Je n’ai aucune honte à en parler”, a-t-elle confié à Italian Stories sur Rai1. “Beaucoup de gens qui ont des problèmes de santé ont tendance à le cacher. Il y a six mois, j’ai eu une hémorragie cérébrale et, par la suite, des convulsions dues à la cicatrice. Je veux qu’un message passe aux gens : si nous sommes malades, nous ne devons pas avoir honte “. Une hémorragie. Personne n’aime ça, mais aujourd’hui ici avec le sourire, avec la capacité de raisonner et de parler, mais aussi de se rebeller. Je n’ai pas perdu ma détermination et mon courage. Je dis à tout le monde qu’on continue”. Auteur de plusieurs livres, tels que ‘Un cœur perdu’, le recueil d’interviews ’26 femmes’, l’autobiographie ‘Da me’ et ‘Oltre il cielo’.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment