Art

La Biennale d’art de Venise revient après trois ans et devient “féminine”: pour la première fois, elle sera organisée par une femme. tout ce que tu as besoin de savoir

Le 23 avril, le rideau se lèvera sur 59ème Exposition Internationale d’Art de Venise qui durera environ sept mois. Le premier après la pandémie. L’exposition est célébrée en année paire en raison du déménagement de la Biennale d’architecture qui a été déplacée de 2020 à 2021 et qui a donc fini par créer l’effet domino. Et ce sera aussi la première édition éditée par une femme : Cécile Alemani.

Forte de ses expériences new-yorkaises et de la direction du Pavillon italien de la Biennale 2017, la commissaire milanaise a immédiatement donné une forte empreinte de genre à “sa” Biennale : sur 213 présences de 58 pays (dont 26 italiennes), 191 sont des femmes artistes et 22 sont des artistes; pour 180 c’est la première fois dans le Lagon où plus de 1400 œuvres et installations seront hébergées. De plus, l’exposition sera accompagnée de 80 participations nationales dans les pavillons historiques, les Giardini, l’Arsenale et dans le centre historique de Venise. En l’occurrence, 5 pays sont présents pour la première fois à la Biennale Arte : la République du Cameroun, la Namibie, le Népal, le Sultanat d’Oman et l’Ouganda ; puis il y a la République du Kazakhstan, la République du Kirghizistan et la République d’Ouzbékistan qui pour la première fois sont à Venise avec leur propre Pavillon.

Des chiffres impressionnants pour un désir de retrouver cette normalité et cet optimisme qui apparemment semblent encore échapper, grâce à la guerre en Ukraine. En ce sens, avant même son inauguration, les dirigeants de la Biennale ont déjà communiqué qu’ils mettront tout en œuvre pour garantir la présence dans la Lagune du pays envahi par la Russie ; d’autre part, au lendemain de l’attentat, le personnel russe qui devait participer à la Biennale a démissionné et donc, de fait, la Russie ne sera pas présente à la manifestation vénitienne.

Organisé par Eugenio Viola, le pavillon italien se composera d’une seule œuvre de Gian Maria Tosatti qui occupera tout l’espace de la Tese delle Vergini, dans l’Arsenale; d’autres artistes italiens seront impliqués dans les pavillons étrangers et parmi ceux-ci il y aura aussi Lorenzo Puglisi de Biella, qui proposera l’un des symboles clés du christianisme dans le pavillon d’un pays musulman. En effet, c’est dans l’espace réservé à la Syrie que l’artiste montrera l’installation intitulée “Voyage au bout de la nuit“, un crucifixion sur une table métallique de près de 2 mètres “détenu« Dans une cage de fer, d’où sortent, peints d’un blanc éclatant juste taché de rouge, seuls la tête, les mains et les pieds du Christ, symbole de force vitale. Il y a deux ans, une Crucifixion de Puglisi avait “parlé” pendant un mois avec le crucifix en bois de Michel-Ange dans la Basilique de Santo Spirito, suscitant admiration et discussion.

Ensuite il y a le Pavillon de Venisevoulu par le Maire Brugnaroqui, comme il y a trois ans, sera plus sensuelle que visuelle, à commencer par le titre : « Alloro ». Symbole par excellence de la métamorphose, la plante odorante est célébrée par le duo d’artistes Goldschmied & Chiari, qui ont créé une sorte de temple festif de la féminité. Ici, il y a deux salles construites comme un jeu d’ombre et de lumière ; puis il y a le centre de l’itinéraire, introduit par “Best Wishes” d’Ottorino De Lucchi, qui propose l’installation “Lympha”, le mythe de Daphné et Apollon rendu dans une tonalité moderne par l’artiste Paolo Fantin avec le groupe Ophicina et accompagné de la musique, intitulée « Gocce di Alloro », du maestro Pino Donaggio.

Le carnet du événements artistiques collatéraux (31 au total), ainsi que le programme des expositions qui auront lieu à Venise pendant la période de la Biennale. Pour n’en citer que quelques-uns, depuis le 26 mars dernier au Palazzo Grassi, l’artiste allemand Anselmo Kiefer propose l’installation in situ intitulée “Ces écrits, une fois brûlés, donneront enfin un peu de lumière (Andrea Emo)”, un cycle de peintures qui est montré dans la Sala dello Scrutinio du Palazzo Ducale, le lieu où ils ont été élus les Doges de Venise, richement décorée de scènes de l’apogée de la ville.

À la Gallerie dell’Accademia, du 20 avril au 9 octobre 2022, l’exposition de l’artiste indien est visible Anis Kapoor. Répartie sur deux lieux, l’exposition réunira des œuvres anciennes et plus récentes du sculpteur, dont celle tant attendue avant son travail utilisant le “noir le plus noir du monde”. De plus amples informations, y compris les services publics, sur la 59e Biennale de Venise, qui se poursuivra jusqu’à l’automne prochain, peuvent être trouvées à l’adresse Web www.labiennale.org/it/arte/2022.

About the author

cheaphouseband

Leave a Comment